Les passerelles internationales comme moteur de la réussite des entreprises canadiennes à l’étranger

Grâce aux accords de libre-échange conclus avec d’autres pays, les entreprises canadiennes peuvent toucher plus d’un milliard de nouveaux consommateurs. Ces dernières années, les échanges bilatéraux entre le Canada et le Pakistan ont représenté l’équivalent de plus d’un milliard de dollars par an. Le Pakistan offre des débouchés prometteurs aux entreprises canadiennes — en particulier dans les domaines du développement des infrastructures et des énergies propres.

Wendy Cukier, directrice du Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat (PCFE), s’était rendue au Pakistan en 2017 pour assister à la première édition de la conférence « Leaders in Islamabad ». Mme Cukier a interrogé récemment l’honorable Mary Ng, ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international, à l’occasion d’un webinaire organisé par le Conseil Commercial Canada-Pakistan et animé par son président, Samir Dossal. La discussion s’est intéressée aux très nombreuses perspectives encore insuffisamment exploitées que peut offrir cette relation, mais aussi aux autres marchés étrangers ouverts aux entreprises canadiennes. Selon Mme Cukier, on a fait l’impasse sur le Pakistan et sous-estimé le potentiel du pays au moment d’orienter les activités des entreprises canadiennes vers les marchés internationaux.

Salma Zahid, députée pour la circonscription de Scarborough-Centre, a présenté la ministre et les actions menées par les parlementaires dans l’optique de consolider le lien entre le Canada et le Pakistan. La députée Salma Zahid se consacre également à resserrer les liens établis de longue date entre les peuples de ces deux pays par l’intermédiaire du Groupe d’amitié Canada-Pakistan, dont elle est présidente.

Se tourner vers l’international pour se relever et se reconstruire

Au cours de son échange avec Mme Cukier, la ministre Ng a démontré que le commerce international pouvait aider le Canada à se reconstruire et à se remettre plus rapidement de la crise de la COVID-19. La ministre a réaffirmé l’engagement du gouvernement canadien à préserver et à promouvoir les passerelles entre les entreprises canadiennes et pakistanaises pendant et après la crise de la COVID-19.

Au cours de ces derniers mois, l’importance des relations diplomatiques et de la collaboration entre pays est devenue de plus en plus manifeste. La ministre Ng a ainsi expliqué que la pandémie ne peut et ne saurait servir de prétexte pour suspendre les échanges commerciaux internationaux et amorcer un repli. « Notre objectif est clair : il nous faut assurer la santé et la sécurité de nos concitoyens et de nos entreprises, tout en leur offrant les moyens nécessaires à leur survie, y compris en aidant au développement de leurs activités et en agissant comme relais vers des marchés internationaux émergents dynamiques, à l’image du Pakistan », a expliqué la ministre.

Vaste par son territoire, le Canada reste néanmoins un pays relativement peu peuplé. Pour assurer à leur entreprise une croissance exponentielle, les entrepreneurs peuvent se tourner vers les marchés internationaux. Selon la ministre Ng, les chefs d’entreprise canadiens disposent de tous les atouts nécessaires pour réussir à l’étranger, grâce aux attaches dont la population dispose dans divers pays du monde.

« Je dis souvent que le Canada peut nouer des échanges commerciaux avec n’importe quel pays, car notre population trouve ses origines sur tous les continents. »

La ministre Ng encourage les décisionnaires et les entrepreneurs qui souhaitent exporter à recourir au Service des délégués commerciaux. Présent dans plusieurs pays du monde, il s’attache à assurer la réussite des entreprises canadiennes à l’étranger. En outre, le programme CanExport prend désormais en compte les difficultés engendrées par la crise de la COVID-19 et offre un financement aux entreprises et aux entrepreneurs qui misent sur des méthodes innovantes pour mener leurs activités commerciales à l’étranger pendant cette pandémie.

Rocco Rossi, PDG de l’Ontario Chamber of Commerce, a conclu la discussion en soulignant le rôle central joué par des organismes tels que le Conseil Commercial Canada-Pakistan qui, par les passerelles qu’ils jettent entre les pays, participent au rayonnement international des responsables d’entreprise, des produits et des services canadiens.

Cliquez ici pour visionner l’enregistrement de la table ronde.

Autres dispositifs de soutien

Avec le concours du réseau du PCFE, nous avons établi une liste des programmes gouvernementaux, ressources et dispositifs de soutien sur lesquels les femmes entrepreneures du Canada peuvent s’appuyer pour gérer leur entreprise dans le contexte de la pandémie de la COVID-19.Consultez notre guide de ressources.

Nous avons également créé, avec le concours du Forum for Women Entrepreneurs (FWE), une plateforme disponible en français et en anglais, afin de faciliter la mise en relation des femmes entrepreneures et des organismes qui les soutiennent. Sur la plateforme de partage du PCFE et du FWE, conçue par SheEO, les membres de l’écosystème entrepreneurial féminin sont invitées à « demander » ce dont leur entreprise a besoin et à « donner » ce qu’elles ont à offrir pour aider les autres.

En savoir plus sur le dispositif PCFE/FWE : Plateforme de partage

X
X