L’état des lieux de l’entrepreneuriat féminin au Canada : 2020

Un nouveau rapport du Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat révèle que les femmes entrepreneures sont confrontées à des inégalités structurelles exacerbées par COVID-19.

Le Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat (PCFE) a publié son premier rapport annuel intitulé L’état de l’entrepreneuriat féminin au Canada. Le rapport fait la synthèse des recherches menées par le gouvernement, le milieu universitaire et des experts pour mettre en évidence certains des obstacles structurels auxquels font face les femmes entrepreneures au Canada. L’étude démontre clairement que COVID-19 a amplifié les obstacles structurels, a touché les femmes entrepreneures plus que les hommes et a surtout touché les entrepreneurs autochtones, racialisés et provenant d’autres communautés diverses.

« Nous risquons de revenir en arrière sur des dizaines d’années de progrès si nous ne nous penchons pas sérieusement sur les différences entre les femmes et les hommes entrepreneurs et si nous ne veillons pas à ce que les programmes et les plans de rétablissement tiennent compte de l’égalité entre les sexes et de la diversité », a déclaré l’auteure principale de l’étude, Wendy Cukier, fondatrice du Diversity Institute et directrice universitaire du Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat. « Même les définitions de l’entrepreneuriat peuvent constituer un obstacle pour les femmes et ont eu une incidence sur les programmes de soutien à l’intervention de COVID-19 pour les femmes entrepreneures. »

Bien que l’étude ait démontré qu’un plus grand volume de données sur la diversité des femmes entrepreneures est nécessaire, elle a mis en évidence certains enjeux importants.

  • Les femmes sont propriétaires majoritaires d’environ 15,6 % des petites et moyennes entreprises (PME) comptant un ou plusieurs employés – environ 114 000 entreprises (2017). Toutefois, les femmes représentent plus de 37 % des travailleurs autonomes canadiens, soit 1 050 000 (2019).
  • Les femmes entrepreneures sont plus susceptibles de travailler dans les secteurs des services, social, de la santé et de la beauté et de l’alimentation que dans le secteur manufacturier et technologique.
  • Les femmes sont moins susceptibles de rechercher et de recevoir du financement que les hommes (32,6 % comparativement à 38 %), et les sociétés appartenant à des hommes sont plus susceptibles de recevoir du capital de risque ou du financement providentiel et d’autres formes de levier comme le crédit commercial ou la location de capital.
  • Les PME de moins de 20 employés ont été les plus durement touchées par la pandémie. Comme les femmes sont plus susceptibles d’être propriétaires de nouvelles et de petites entreprises, elles sont les plus touchées.
  • Dans l’ensemble, le pourcentage d’entreprises appartenant à des femmes qui ont mis à pied du personnel pendant la pandémie, soit 40,6 %, est à peu près égal au pourcentage d’entreprises appartenant à des hommes (40,5 %). Cependant, le pourcentage d’entreprises appartenant à des femmes qui ont mis à pied 80 % ou plus de leurs employés est considérablement plus élevé que celui de l’ensemble des entreprises (62,1 % comparativement à 45,2 %).

« Les entreprises dirigées par des femmes sont un moteur clé de l’activité économique en Ontario, mais des obstacles persistants continuent de limiter leur croissance », a déclaré Michelle Eaton, vice-présidente, Affaires publiques, Chambre de commerce de l’Ontario. « En moyenne, elles sont plus nouvelles et plus petites et ont moins accès au capital. Les défis que doivent surmonter les femmes entrepreneures ont été amplifiés au cours de la pandémie. Un grand nombre d’entre elles se sont retrouvées inadmissibles au soutien aux entreprises parce qu’elles travaillent dans les secteurs les plus touchés par les restrictions en matière de santé publique, en plus d’assumer des responsabilités de garde d’enfants qui ont touché les femmes de façon disproportionnée. Si nous voulons vraiment relancer l’économie, nous devons mieux évaluer et aborder les défis auxquels font face les femmes et les autres groupes sous-représentés d’entrepreneurs. La diversité entrepreneuriale est non seulement essentielle à la relance des femmes, mais aussi à celle de l’ensemble de l’économie. »

Le rapport a mis en évidence certaines des différences entre les femmes en entrepreneuriat et la nécessité d’avoir davantage de données désagrégées. La proportion de femmes travaillant à leur compte est plus élevée chez les Autochtones, les Chinois, les Philippins et les Latino-Américains que chez les travailleurs autonomes en général. «

Il y a des défis structurels qui sont plus importants pour les femmes entrepreneures autochtones, en particulier celles qui vivent dans les réserves, qui manquent souvent d’infrastructures de base et de possibilités de soutien financier », a déclaré Ashley Richard, coordonnatrice du partenariat avec les Autochtones pour le Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat au Diversity Institute. « Les principales inégalités structurelles pour les femmes entrepreneures autochtones comprennent les conditions économiques globales, l’accès à l’équité ou au capital et les “politiques, règles et règlements du gouvernement”. Les consultations du PCFE révèlent que l’article 87 de la Loi sur les Indiens constitue un autre obstacle pour les propriétaires d’entreprise dans les réserves, car les sociétés ne sont pas admissibles aux exemptions fiscales, ce qui fait que les entreprises dans les réserves sont moins susceptibles d’être constituées en société. »

Tabatha Bull, présidente et chef de la direction du Conseil canadien pour le commerce autochtone (CCCA), a déclaré : « Les données et les renseignements détaillés sur l’économie autochtone au Canada sont limités. Cela est particulièrement évident en ce qui concerne l’entrepreneuriat des femmes autochtones, même si elles créent de nouvelles entreprises à un taux plus élevé que leurs homologues masculins. Nous savons que l’économie autochtone est très diversifiée et que les entreprises prospères sont présentes dans tous les secteurs et toutes les régions. Nous savons également que les entrepreneurs autochtones font face à un ensemble unique d’obstacles structurels et institutionnels à la croissance – et bon nombre de ces obstacles touchent plus lourdement les femmes autochtones. Cela n’a jamais été aussi évident que pendant cette pandémie. Le CCCA est heureux de s’associer au Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat de l’Université Ryerson pour mener des recherches fort nécessaires sur l’entrepreneuriat des femmes autochtones au Canada. Ce partenariat marque une première étape importante pour comprendre les défis et les possibilités uniques auxquels font face les femmes entrepreneures autochtones, afin de fournir un soutien opportun et ciblé aux entreprises qui en ont le plus besoin. »

« Le virus COVID-19 a touché la communauté noire de façon disproportionnée en ce qui concerne les soins de santé et l’économie, mais il a profondément ébranlé l’économie féminine, ce qui a durement éprouvé les femmes entrepreneures », a déclaré Nadine Spencer, PDG de la Black Business Professional Association et fondatrice du Brand EQ Group. « Bien entendu, certains appellent cela une “récession des femmes”. » Il n’en demeure pas moins qu’il manque de données non seulement sur la communauté noire, mais aussi sur les femmes noires, ce qui limite considérablement le type d’aide grandement nécessaire que le gouvernement peut fournir. Nous avons besoin de plus de données désagrégées pour comprendre comment l’expérience des femmes entrepreneures noires se compare à celle des hommes noirs et d’autres femmes en ce qui concerne le manque d’accès au capital, les bons réseaux et la gestion du travail non rémunéré comme la garde d’enfants. » 

Il y a des progrès importants à faire, et nous ne pouvons pas les ignorer. Par exemple, la proportion de femmes exportatrices a augmenté de façon spectaculaire, passant de 5,7 % en 2011 à 10,8 % en 2017, ce qui réduit l’écart avec les hommes (13,6 % des entreprises appartenant à des hommes faisaient de l’exportation en 2017). Lorsque nous comparons les femmes et les hommes par secteur, les différences semblent presque disparaître et être associées à une augmentation des exportations d’entreprises appartenant à des femmes dans le secteur manufacturier, à une diminution des services d’hébergement et de restauration, à une augmentation du commerce de gros et à une diminution du transport et de l’entreposage.

Le Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat est financé dans le cadre de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat du gouvernement canadien, un programme ambitieux qui vise à aider à doubler le nombre de femmes entrepreneures d’ici 2025. Le rapport aidera à suivre les progrès au fil du temps. L’étude, les plateformes et les campagnes du PCFE appuient les organisations de femmes entrepreneures, mais elles visent aussi à aider les organisations ordinaires de l’écosystème à devenir plus inclusives – institutions financières, incubateurs, organismes de services et plus encore. On peut trouver un rapport précédent du PCFE sur les répercussions de COVID-19 sur les femmes entrepreneures à wekh.ca.

Le gouvernement du Canada et le Conseil de recherches en sciences humaines parrainent ce projet.

X
X