L’état de l’entrepreneuriat féminin au Canada 2020

Le Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat (PCFE) a publié « L’état de l’entrepreneuriat féminin au Canada 2020 », qui met en lumière certains des obstacles structurels auxquels sont confrontées les femmes entrepreneures dans tout le pays. Le rapport fait la synthèse des recherches menées par le gouvernement, le milieu universitaire et des experts pour mettre en évidence certains des obstacles structurels auxquels font face les femmes entrepreneures au Canada. L’étude démontre clairement que COVID-19 a amplifié les obstacles structurels, a touché les femmes entrepreneures plus que les hommes et a surtout touché les entrepreneurs autochtones, racialisés et provenant d’autres communautés diverses.

Bien que l’étude ait démontré qu’un plus grand volume de données sur la diversité des femmes entrepreneures est nécessaire, elle a mis en évidence certains enjeux importants.

  • Les femmes sont propriétaires majoritaires d’environ 15,6 % des petites et moyennes entreprises (PME) comptant un ou plusieurs employés – environ 114 000 entreprises (2017). Toutefois, les femmes représentent plus de 37 % des travailleurs autonomes canadiens, soit 1 050 000 (2019).
  • Les femmes entrepreneures sont plus susceptibles de travailler dans les secteurs des services, social, de la santé et de la beauté et de l’alimentation que dans le secteur manufacturier et technologique.
  • Les femmes sont moins susceptibles de rechercher et de recevoir du financement que les hommes (32,6 % comparativement à 38 %), et les sociétés appartenant à des hommes sont plus susceptibles de recevoir du capital de risque ou du financement providentiel et d’autres formes de levier comme le crédit commercial ou la location de capital.
  • Les PME de moins de 20 employés ont été les plus durement touchées par la pandémie. Comme les femmes sont plus susceptibles d’être propriétaires de nouvelles et de petites entreprises, elles sont les plus touchées.
  • Dans l’ensemble, le pourcentage d’entreprises appartenant à des femmes qui ont mis à pied du personnel pendant la pandémie, soit 40,6 %, est à peu près égal au pourcentage d’entreprises appartenant à des hommes (40,5 %). Cependant, le pourcentage d’entreprises appartenant à des femmes qui ont mis à pied 80 % ou plus de leurs employés est considérablement plus élevé que celui de l’ensemble des entreprises (62,1 % comparativement à 45,2 %).

Faits saillants

Lire la suite
X
X